10 choses à ne pas oublier en mission humanitaire

Attention avant de partir en mission, n’hésitez pas à lire la liste que l’on vous a concoctée… Voici dix choses que le volontaire ne devrait surtout pas oublier de mettre dans son sac.
On nous demande très souvent la liste des indispensables à prendre lorsque l’on part faire une mission à New Dehli, Phnom Penh ou Katmandou… Bridgeo vous propose 10 choses qui nous paraissent aussi nécessaires qu’utiles dans le cadre de votre volontariat. Après moult discussions, débats et recherches approfondies, voici notre liste… 

1 > Quand les moustiques veulent votre peau…

Comme l’affirme Sciences et Avenir : « Certaines personnes peu sensibles aux piqûres ou chez qui la piqûre n’occasionne que très peu de réaction au niveau de l’épiderme peuvent avoir l’impression d’être assez peu piquées. Au contraire, pour d’autres, chaque piqûre occasionne une gêne et des démangeaisons importantes qui les poussent à croire qu’elles sont des proies privilégiées. Cela dit, il est possible que certaines odeurs les attirent plus que d’autres. Mais sur cette question, nous sommes un peu dans le flou. Chaque individu émet son propre cocktail d’odeurs et il est très difficile de savoir quelles combinaisons sont les plus attractives ou les plus répulsives. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’une personne qui transpire beaucoup dégagera plus d’odeurs détectables par le moustique, et sera donc plus susceptible de se faire piquer. » Bref dans le doute, il est préférable de se protéger par tous les moyens que vous pouvez trouver ! Les moustiques ne sont pas seulement des empêcheurs de dormir tranquille… ce fameux bzzzzzzz très énervant et très désagréable pour nos oreilles (le moustique bat des ailes 720 fois par seconde, ce qui explique ce vrombissement caractéristique). Ce sont aussi dans certains pays des insectes qui transmettent des maladies pas super sympas : paludisme, dengue, chikungunya et zika… Un conseil : soyez prudent (pas phobique !). Dans les milieux urbains, ça sévit moins qu’à la campagne. Il suffit de prévoir (notamment en se rendant à l’Institut Pasteur avant votre départ) et de se protéger quotidiennement par des gestes simples :
  • Porter des pantalons, des t-shirts et des chemises longs, surtout aux heures où sévissent les moustiques + les imprégner d’une lotion anti-moustique avant de partir.
  • Amener avec soi sprays, bracelets et bougies pour lutter contre les insectes. Les sprays peuvent être directement achetés sur place, il est en revanche plus difficile de trouver des bracelets et des bougies.
  •  Amener avec soi une moustiquaire.

 2 > Clap ! Clap ! sous la douche 

Avouons-le, il y a mieux pour se mettre en valeur que de porter des tongs sous la douche. Et pourtant rien de plus efficace pour éviter tous les petits microbes qui traînent.

 3 > Un kit de soins

Promis après ça, on arrête avec les microbes, les maladies et autres moustiques… Mais on vous rappelle qu’il est impératif de prendre avec vous un kit de soins (ou trousse à pharmacie). Qu’y mettre ? Eh bien des pansements et désinfectants, des anti-inflammatoires, un traitement préventif antipaludique + un thermomètre (dans les zones concernées), un répulsif anti-moustique, des médicaments contre la douleur et la fièvre, contre le mal des transports, contre la diarrhée, des pastilles purificatrices d’eau, de la crème solaire et de la crème pour les brûlures + votre traitement de fond personnel (allergies, asthme, épilepsie…) si c’est le cas. Sachez que si vous ne l’utilisez pas (ce qui est souvent le cas), vous pouvez le laisser à vos hôtes. Les médicaments coûtent cher pour les personnes qui vivent avec moins de 10$ par jour, voire moins.

4 > Un téléphone

Il faut que vous soyez toujours joignable ! Evitez cependant de vous balader avec votre smartphone, ça vous permettra de déconnecter quelque peu et surtout vous avez quelques risques de vous le faire voler. Privilégiez donc le bon vieux Nokia qui traîne dans un tiroir depuis 2006… Il n’est pas beau mais très utile et très léger.

5 > Une photocopie de votre passeport et de tous vos papiers…

C’est tellement évident qu’on ne développe pas. 

6 > Un adaptateur électrique

electricaloutlet.org est un site à consulter avant votre départ… Aucune inquiétude si vous ne le faites pas, vous trouverez assez facilement (dans les zones urbaines) des magasins qui vendent des adaptateurs électriques.

7 > Une lampe de poche 

Ne vous étonnez pas outre mesure – vous serez régulièrement confronté à des coupures d’électricité. Ça peut durer 3 minutes, 5 heures ou 4 jours. La lampe de poche de votre smartphone ne tiendra sûrement pas 4 jours – votre lampe torche si ! Pas super marrant d’être ainsi privé de lumière… Les structures électriques de certains pays sont souvent insuffisantes ou trop vétustes pour supporter toutes les clims qui s’allument quand les températures dépassent les 32°C ! Bref, bref, soyez patient. Petite astuce : privilégiez les lampes torche qui se rechargent à l’énergie cinétique, pas besoin de piles, de soleil, de vent… ni même de charbon. C’est aussi simple qu’écologique !

8 > Deux ou trois bons bouquins

Pas d’électricité = pas d’ordinateur = pas de smartphone, pas de Facebook, ni d’Insta (OMG !)… Eh bien profitez-en pour lire les derniers bons bouquins que vous n’avez pas eu le temps d’ouvrir. Il s’agit bien sûr la nuit tombée de savoir gérer la lampe torche, le bouquin de 437 pages tout en étant confortablement installé… Bon courage !

9 > Une cape de pluie

Inutile de pérorer plus que de raison sur ce vêtement qui donne cette impression bizarre d’avoir sur le dos un sac poubelle… On vous l’assure, vous avez peu de chances de rencontrer l’amour de votre vie dans cet accoutrement… Mais bon nécessité fait loi. Au mois de juillet à New Dehli, il pleut en moyenne 19 jours. On vous laisse imaginer les passer… sans cape de pluie.

10 > Un masque médical 

Plusieurs analyses montrent que passer une journée à New Delhi, c’est comme fumer de 17 à 20 cigarettes. Oups ! Pour éviter de respirer trop de microparticules (les PM 2.5 notamment), n’hésitez surtout pas à vous munir d’un masque médical…  Evitez cependant de les porter quand vous êtes en mission. Cela pourrait surprendre (si ce n’est vexer) les communautés dans lesquelles vous effectuez votre mission.

10 + 1 > Le savon Bronner

 Cadeau bonus. C’est pratique, pas trop cher et peu encombrant… Le savon Bronner. Vous pouvez l’utiliser pour nettoyer le sol, un canapé, un tapis, des vitres, la baignoire, les bijoux, le teck,  les murs, le linge, enlever les taches, les odeurs… vous laver les mains, le corps, les dents ou la vaisselle, récurer les casseroles, ou l’utiliser pour vous raser,  laver les animaux domestiques et comme insecticide. Bref il fait tout pour la somme modique de 10€.  

Solidairement vôtre,


Joseph pour Bridgeo.