Faut-il être volontaire dans un orphelinat ?

Travailler dans un orphelinat en tant que volontaire… est-ce éthique ?
Bridgeo vous apporte ici des pistes de réflexion.

Faut-il être volontaire dans un orphelinat ?

Devant les pratiques douteuses (voire totalement immorales) que l’on voit apparaître ici et là, l’équipe de Bridgeo s’est posée la question de la pertinence à travailler avec des orphelinats. Pour des raisons éthiques et de transparence, nous vous livrons ici les différents points de vue au sein de notre association pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion et décider en connaissance de cause de l’attitude à adopter.

Contre les partenariats : le principe de précaution prévaut !

 Il existe aujourd’hui (en chiffres) plus d’orphelins au Cambodge qu’il n’y en avait en 1979, c’est-à-dire au sortir du régime des Khmers Rouges (qui a décimé pour rappel plus de 20% de la population cambodgienne). Un fait qui n’est pas sans poser de véritables questions quant à l’action de ces soi-disant orphelinats qui ont tendance à se multiplier aux abords des temples d’Angkor, principal lieu de destination des touristes et volontouristes se rendant au Cambodge.   Des études, des rapports ainsi que des reportages ont ainsi démontré que ces orphelinats n’étaient en fait que des leurres. Ces structures promettent à des parents (souvent très pauvres) de fournir à leurs enfants une éducation, un toit et trois repas par jour. Ces enfants sont ensuite présentés aux étrangers de passage comme des orphelins… Ce qui ne peut susciter que compassion, empathie et l’envie d’aider (financièrement) ces garçons et ces filles qui semblent pour le touriste non averti dépourvus de tout repère affectif. C’est la triste réalité de ce charity business. Une partie de l’équipe Bridgeo considère que les pratiques condamnables des uns affectent l’ensemble du secteur. Le risque d’être ainsi mêlé à ces actes répréhensibles nous conduit – en tout cas pour une partie d’entre nous – à mettre en avant un principe de précaution en arrêtant toute forme de partenariat avec ce qui ressemble de près ou de loin à un orphelinat. Nous sommes conscients par ailleurs que l’on ne peut mettre ainsi tout le monde dans le même sac ! Le secteur doit cependant être régulé et surveillé avant que Bridgeo puisse s’engager avec des orphelinats.

Pour certains partenariats : la démarche qualité doit être renforcée.

 Pour une autre partie de l’équipe Bridgeo, il faut bien sûr être conscient des graves problèmes qui touchent le secteur de l’aide aux orphelins… mais prévaut la vigilance et la nécessité de renforcer notre démarche qualité à l’égard de ce dernier. Nous travaillons depuis le début de notre aventure avec des orphelinats qui font un travail de très grande qualité. Pourquoi donc priverions-nous ces ONG locales de l’aide de volontaires alors que leur probité est irréprochable ? Ce serait faire peser sur elles une culpabilité pour des fautes commises par d’autres. Nous trouvons donc nécessaire de soutenir et d’aider les orphelinats et de condamner en même temps les profiteurs de la misère humaine – sachant que la solution ne peut se trouver qu’à travers un renforcement de la démarche qualité pour séparer les actions solidaires indispensables des actes délictueux. Chez Bridgeo, nous sommes éthiquement engagés et tenons par souci de transparence à ce que l’ensemble des volontaires soit informé des tenants et aboutissants de nos actions et de nos choix. Par décision avec un vote à la majorité, nous avons donc décidé de maintenir nos partenariats existants – étant certains qu’ils n’impliquaient aucun manquement à l’éthique. Nous avons toutefois fait le choix de doublement renforcer notre vigilance pour tous les accords à venir avec les ONG travaillant avec des orphelins tout en en limitant le nombre sur notre plateforme.

Solidairement vôtre.


Sacha pour Bridgeo